13 nov '17

Les langues du futur : Le prochain siècle et au delà

En janvier 2015, le Wall Street Journal a publié un essai de John McWhorter intitulé What the World Will Speak in 2115 (Ce que parlera le monde en 2115). L'auteur y a relevé des tendances clés et formulé plusieurs prédictions, dont les principales étaient que bon nombre de langues s'éteindraient en l'espace d'un siècle et que le nombre de langues parlées diminuerait, passant de 6 000 à l'heure actuelle à environ 600 au cours des cent prochaines années. Il appuyait cette estimation sur le fait que de nombreuses langues sont déjà en train de disparaître en raison de la population de locuteurs en baisse et de l'activité d'écriture active insuffisante parmi les locuteurs des langues moins connues. À l'instar de la culture, il se produit un processus de sélection naturelle où les langues évoluent, rejettent certains éléments et deviennent soit plus simples soit plus complexes, faisant en sorte que les locuteurs nés à l'étranger aient plus de difficulté à acquérir la langue. En ce moment, à peu près 4 milliards des 7 milliards d'habitants de la Terre (près de 60 % de la population du globe) parlent une de 30 langues comme langue natale. D'après Ethnologue, l'une des sources faisant autorité en matière de statistiques sur les langues, 7 000 langues sont parlées ou existent à l'heure actuelle.


Selon la logique de M. McWhorter, d'autres facteurs comme l'urbanisation, la technologie et le commerce mondial conduiront à une diminution de la diversité et à une plus grande homogénéité des langues alors que les gens chercheront les meilleurs moyens de communiquer leurs volontés et leurs besoins. D'après l'essai de l'auteur, beaucoup de parents considèrent déjà leur langue natale comme un moyen de communication désuet et reculé dans les régions rurales ou au sein de groupes minoritaires qui souhaitent peut être préserver leur langue, mais qui souhaitent aussi que leurs enfants aient des débouchés économiques et parlent la langue qui leur ouvrira des portes et augmentera leurs chances de prospérité. Outre la disparition de nombreuses langues, l'autre prédiction principale de l'auteur est que les langues qui resteront deviendront généralement moins compliquées qu'elles le sont maintenant, sous l'effet de la simplification, surtout dans leur version orale par rapport à la façon dont elles sont écrites.


Cette tendance linguistique de l'homogénéisation concorde avec la tendance générale de la mondialisation. Le désir d'être compétitif, de produire et de gagner sa vie l'emporte sur toutes les autres activités, et les pressions modernes de la vie ont un effet sur l'application et le développement mondiaux des langues. Comme l'affirme succinctement John McWhorter, [Traduction] « [...] le monde est témoin de la naissance de versions légèrement optimisées de vieilles langues ». Cette approche légère et utilitaire vis à vis les langues peut signifier l'extinction de celles dont le nombre de locateurs est en baisse, se faisant engloutir, sur les plans culturel et économique, par les groupes linguistiques plus dominants. Reste à voir si cette élimination sélective de langues favorisera une plus grande compréhension parmi les pays et les habitants du monde, ou encore si elle entraînera une perte de patrimoine et de diversité linguistiques.


Seul le temps le dira.


https://www.wsj.com/articles/what-the-world-will-speak-in-2115-1420234648

http://www.vistawide.com/languages/top_30_languages.htm

https://www.ethnologue.com/guides/how-many-languages

À propos de l’auteur

Jason, un auteur accompli, apporte des compétences diversifiées au GTMK. Il est entré en fonction comme adjoint à la recherche, puis, après avoir séjourné à l’étranger, il est revenu au sein de l’équipe en 2008 comme gestionnaire des Projets spéciaux. En cette qualité, Jason gère actuellement les projets spéciaux du GTMK, en prêtant une attention particulière au perfectionnement des employés, à la formation, aux demandes de traduction multimédias et à d’autres possibilités à grande échelle ou requérant des compétences particulières.

Top