15 avril '16

Lorsque les mots meurent

Le lexique d'une langue s'apparente à un organisme vivant : il grandit constamment tout en éliminant ce dont il n'a plus besoin pour fonctionner. De nouveaux mots prennent vie tandis que d'autres mots tombent dans l'obscurité; c'est ainsi que l'esprit du siècle est formulé et prend forme. La prolifération des médias sociaux et des autres avancées technologiques ont fait en sorte que de nombreux nouveaux mots soient ajoutés officiellement à la langue anglaise par l'intermédiaire du dictionnaire Merriam-Webster Collegiate Dictionary. Bien que certains nouveaux mots justifient tambour et trompettes dans la presse et la blogosphère, les mots qui ont perdu la cote ou leur pertinence semblent tout simplement s'estomper, devenir vieillis et finir par disparaître quasiment.


Le chemin qui mène à la suppression d'un mot dans un dictionnaire n'est pas différent du processus de l'ajout à un dictionnaire. Merriam-Webster ne veut pas que son dictionnaire phare, le Merriam-Webster Collegiate Dictionary, devienne trop vaste ou trop volumineux. Dans un article récent, le lexicographe Kory Stamper de Merriam-Webster a affirmé à The Atlantic que, pour conserver une taille raisonnable du dictionnaire, on y abandonne des entrées à chaque nouvel ajout. Les rédacteurs du dictionnaire scrutent des sources comme Google Books, LexisNexis, WordNet, les tendances des locuteurs sur Internet et d'autres dictionnaires en s'intéressant à la fréquence de l'usage et à la façon dont on fait usage des mots dans leur contexte. M. Stamper indique qu'afin de demeurer dans le dictionnaire, [Traduction] « un mot défunt ou vieilli doit figurer dans des ouvrages que connaît l'élève ou l'étudiant moyen de niveau secondaire ou collégial ». Les abréviations et les entrées biographiques sont couramment les cibles de suppressions si leur usage devient peu fréquent. Une fois que l'usage chute en deçà d'un certain seuil, on envisage de supprimer le mot dans la plupart des dictionnaires, mais il arrive souvent qu'on lui attribue un sens vieilli, ce qui signifie que le mot en question est employé avec un sens plus contemporain.


Le parcours qui conduit au vieillissement lexical n'est pas nettement tranché. Les mots peuvent se transformer : ils peuvent adopter un nouveau sens ou être en sommeil avant d'être ranimés. Le mot anglais naughty est un exemple qui illustre comment le sens des mots peut changer au fil du temps. Il y a des siècles, ce mot désignait l'état de n'avoir rien (naught ou nothing, en anglais), d'être dans le dénuement. Ensuite, ce mot en est venu à désigner quelque chose de malfaisant ou d'immoral, alors qu'aujourd'hui, le mot naughty sert à décrire un comportement espiègle ou malséant, quoique le sens de malfaisance ou de méchanceté est inclus dans la plupart des dictionnaires en guise de définition facultative. Le mot divest est devenu populaire dernièrement dans les médias en raison des pressions sociales qui sont exercées sur les institutions pour qu'elles gèrent les fonds de façon responsable et respectueuse de l'éthique. Il y a 300 ans environ, le mot divest désignait le processus consistant à déshabiller quelqu'un ou à le priver de ses droits et de ses possessions. La professeure Anne Curzan, de la University of Michigan, est l'auteure d'un article et d'une allocution « Ted Talk » sur le sens toujours changeant des mots dans une langue dynamique. (Voir le lien ci-dessus, disponible en anglais seulement.)


Les mots peuvent aussi être ressuscités. Dans les années 1990, les lexicographes envisageaient de supprimer le mot anglais chad, qui a pour définition [Traduction] « petit disque ou carré de papier qui est formé lorsqu'un trou est percé dans une carte à perforer ou une bande de papier », en raison de son usage peu fréquent. Vinrent ensuite les élections présidentielles de 2000 des États-Unis et le dépouillement controversé du scrutin en Floride. Lorsqu'un mot est au cœur d'une décision de la Cour suprême, nul doute qu'il est justifié de le conserver dans le lexique. À la suite de la controverse électorale, le mot chad a été promptement retiré de la liste des suppressions possibles. Le mot snollygoster, qui désigne une personne dépourvue de principes, mais maligne, a été retiré du Merriam-Webster's Collegiate Dictionary en 2003. Après avoir entendu parler de la disparition du mot, certaines personnes se sont regroupées et se sont mises à employer le mot le plus souvent possible dans les médias sociaux, les blogues et les articles de magazines. M. Stamper a déclaré que Merriam-Webster [Traduction] « envisagerait certainement de le rajouter » si son usage continuait de devenir plus fréquent. Compte tenu de certaines des loufoqueries manifestées par les prétendants à la présidence américaine, il se peut que le mot snollygoster soit officiellement de retour dans le lexique plus tôt qu'on l'aurait imaginé.


Consultez l'entrée qui accompagne cette publication (ici), où vous trouverez une liste de mots supprimés récemment du Merriam-Webster Collegiate Dictionary.

http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2013/09/when-good-words-go-bad/309426/

http://www.theguardian.com/books/2011/aug/21/endangered-words-collins-dictionary

http://www.techtimes.com/articles/18040/20141016/words-removed-from-merriam-websters-collegiate-dictionary.htm

http://ideas.ted.com/20-words-that-once-meant-something-very-different/

À propos de l’auteur

Jason, un auteur accompli, apporte des compétences diversifiées au GTMK. Il est entré en fonction comme adjoint à la recherche, puis, après avoir séjourné à l’étranger, il est revenu au sein de l’équipe en 2008 comme gestionnaire des Projets spéciaux. En cette qualité, Jason gère actuellement les projets spéciaux du GTMK, en prêtant une attention particulière au perfectionnement des employés, à la formation, aux demandes de traduction multimédias et à d’autres possibilités à grande échelle ou requérant des compétences particulières.

Top